Les super aliments

Les supers aliments

Quels sont les intérêts des Super aliments ?

De plus en plus, les carences en vitamines, minéraux et oligo-éléments sont reconnues comme étant une des causes de nombreuses maladies. En effet, les pathologies sont nombreuses : la fatigue chronique, les allergies, les dépressions, les rhumatismes, mais aussi les infections à répétition et les maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires, cancers, maladies neurodégénératives).

De ce fait, pour une approche holistique de sa santé il est essentiel d’apporter à l’organisme tous les nutriments dont il a besoin. Malheureusement l’alimentation actuelle ne joue plus son rôle. Les aliments sont le plus souvent eux-mêmes carencés. Les méthodes intensives de culture et d’élevage, ainsi que les nombreux procédés de raffinage et de conservation participent à cette déperdition en micronutriments. A cette situation défavorable s’ajoute encore le fait qu’actuellement, à cause des multiples stress que nous vivons, les besoins en nutriments sont plus élevés que dans le passé.

Comment remédier à cette situation ?
Tout d’abord, une réforme alimentaire consistant à s’orienter vers une consommation d’aliments complets (non-raffinés) et de culture et d’élevage biologiques est le premier pas.
Ensuite, il s’avère que pour combler plus sûrement et surtout plus rapidement les carences, la prise de compléments alimentaires ou mieux de « super aliments » peut être nécessaire dans certains cas en plus de l’apport nutritionnel.
Enfin, le choix des compléments alimentaires doit se faire de façon avisée pour privilégier les compléments se distinguant par leur naturalité et leur efficacité.

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires sont des denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal. Ils constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique. Ils sont commercialisés sous forme de doses destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité.

Les compléments alimentaires constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances

Tout d’abord, il s’agit d’un mélange de diverses substances, conçu par l’Homme. De ce fait, ils ne peuvent pas remplacer les supers aliments, même si, bien sûr, ils sont intéressants. Ils sont très rarement 100% naturels (enveloppe de la capsule, vitamines de synthèse…). Ils ne sont pas forcément néfastes. Mais il faut simplement avoir conscience que beaucoup d’entre eux contiennent des produits et additifs non naturels.

Les super aliments

Premièrement, ce sont des aliments exceptionnellement concentrés en nutriments dans leur état naturel.
Deuxièmement, un super aliment doit être vivant. S’il a été transformé, il a été conservé à basse température de façon à conserver la synergie naturelle de l’élément.
Ensuite, les super aliments présentent une synergie unique crée par la nature même s’ils sont moins concentrés que les compléments alimentaires.
Enfin, on peut les consommer sans modération et en continu, pour compenser les carences de l’alimentation actuelle. Les pauses thérapeutiques ne sont pas nécessaires.

Les graines germées sont sources de protéines végétales, de fibres , de vitamines, de minéraux et d'oligo-éléments.

Quelques « Super aliments » :

  • le jus de jeunes pousses d’orge (« Green Magma ») ;
  • le pollen frais ;
  • K-Philus (probiotique d’exception) ;
  • l’huile de germe de blé ;
  • les algues (salade du pêcheur par exemple) ;
  • les micro-algues (spiruline, klamath)
  • l’eau de mer (sérum de Quinton) ;
  • les jus de légumes lacto-fermentés ;
  • les baies (de goji par exemple)
  • les graines germées
  • certains champignons (shiitake, maitake)…

France3 Matin Pays de la Loire

Reportage et Interview : Un champignon aux vertus exceptionnels, le Cordyceps

Des fleurs dans votre assiette

Des fleurs dans votre assiette

Les bienfaits des plantes sauvages

Depuis que l’homme est apparu sur terre, il consomme des végétaux sauvages. Aujourd’hui, les bienfaits des plantes sont reconnus à la fois grâce à leurs valeurs nutritionnelles, leurs saveurs exceptionnelles et leurs pouvoirs thérapeutiques. Ajoutez des fleurs dans votre assiette !

Les Crétois, bien connus pour leur régime propice à une santé et une durée de vie optimales, se nourrissent de pain, d’olives, de fromages et d’un grand nombre de plantes sauvages qui poussent spontanément dans leur environnement.

Le pourpier, une plante riche en omégas 3

A titre d’exemple, les Crétois sont friands de salades de pourpier. En effet, la structure de cette plante est riche en oméga 3. Les omégas 3 sont reconnus pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires mais ils ont également des effets avérés sur le cerveau, la dépression, le déclin cognitif et la prévention de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Alors prêt-e-s à parcourir les chemins et à redécouvrir orties, plantain, pissenlits, pâquerettes, églantier et tant d’autres plantes ou arbustes qui peuplent notre patrimoine ?

Conseils utiles pour cueillir les plantes :

  • Cueillez uniquement les plantes que vous connaissez et que vous avez clairement identifiées.
  • Choisissez des lieux où la nature est respectée, des lieux peu fréquentés où n’ont pas été répandus des engrais chimiques, des pesticides, etc.
  • Le meilleur moment pour la cueillette des plantes, mises à part les racines, est le matin par temps chaud et sec.
  • Ramassez ce dont vous avez besoin dans l’immédiat. En effet, près deux ou trois jours de conservation, elles commencent à perdre de leur valeur nutritive.
  • Cueillez les plantes là où elles abondent et laissez-leur quelques feuilles pour qu’elles continuent à se développer.
  • Lavez votre cueillette à grande eau avant de commencer vos préparations. Vous pouvez ajouter à votre eau du vinaigre blanc.

Reportage : France3 Matin Pays de la Loire

Reportage et Interview : Des fleurs à manger

Précautions :
Au début, consommez les plantes sauvages avec modération, car elles sont très nutritives. Ainsi, il est préférable de laisser à votre corps le temps de s’adapter à cette nouvelle alimentation.

D’autre part, les femmes enceintes devront éviter de consommer : l’armoise, la bourse-à-pasteur, le pourpier, les graines de carotte et d’angélique.

 

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles

L'aromathérapie, une branche de la phytothérapie

L’aromathérapie est une branche de la phytothérapie et repose sur les propriétés des molécules aromatiques contenues dans les huiles essentielles, les essences et les hydrolats extraites de plantes aromatiques. Son bien-fondé repose sur de nombreuses études scientifiques et des décennies de pratique dans de nombreux pays.

Que sont les huiles essentielles ?

Tout d’abord, une huile essentielle est un liquide odoriférant volatile d’aspect fluide à épais et de couleur variable selon les plantes dont elle est extraite.
En effet, les huiles essentielles (HE) sont des extraits végétaux aromatiques très complexes, très concentrés qui peuvent contenir plus d’une centaine de molécules aromatiques dans des proportions très variables.
Ainsi, ce sont ces différentes combinaisons de molécules qui donnent des propriétés si particulières aux huiles essentielles et qui sont responsables de leur odeur caractéristique.

La composition chimique des huiles essentielles varie en fonction du pays de récolte, de l’altitude, de l’ensoleillement, des conditions de récoltes, de la qualité de la distillation, du stockage. De ce fait, ces différents facteurs peuvent modifier leurs propriétés.

L’huile essentielle des plantes est sécrétée par des cellules spécialisées se trouvant :
les feuilles : Menthe poivrée, Basilic grand vert…
les fleurs : Lavande, Ylang-ylang…
le bois : Cèdre de l’Atlas, Santal blanc…
les racines : Gingembre, Valériane, Vétiver
les graines : Coriandre, Anis vert, Carotte…

Les précautions à prendre dépendent de chaque huile essentielle, mais d’une manière générale :

  • Respectez le mode d’utilisation et les posologies proposées.
  • Soyez très prudents chez les enfants.
  • Les huiles essentielles à avaler doivent d’abord être placées sur un support (miel, sucre, huile d’olive, comprimé neutre).
  • Les huiles essentielles à appliquer sur la peau doivent d’abord être mélangées à une huile végétale. Les HE sont liposolubles et sont donc bien résorbées par la peau et les muqueuses. Elles peuvent agir sur l’ensemble de l’organisme.
  • En diffusion atmosphérique, évitez de mettre dans le diffuseur des essences irritantes pour les voies respiratoires comme : thym à thymol, sarriette, girofle, cannelle, origan compact.

Quelques abréviations à connaître

Ess : extraction mécanique à froid des zestes d’agrumes.
HE : résultat de distillation par entrainement à la vapeur d’eau de la partie odoriférante de la plante (alambic). Le nombre d’heures de distillation est important pour extraire les principes actifs des HE, de quelques heures à 24h.
HA : eau distillée (vapeur d’eau recondensée) que l’on sépare de HE à la sortie de l’alambic (2%HE).
HV : substance grasse obtenue à partir de graines de plantes oléagineuses, par pression à froid.

Huile essentielle de lavande officinale

(Lavandula officinalis ou augustifolia)

Famille des lamiacées

Elle nettoie tout corps et âme ! Elle est anti-inflammatoire et lutte contre tous les types de spasmes. Cicatrisante elle régénère la peau de façon spectaculaire. Sédative elle régule le système nerveux. Elle calme l’excitabilité et vivifie en cas d’épuisement.

C’est un bon antiseptique pulmonaire. Bon tonique général, elle soutient le cœur, le « calme » et fait baisser la tension artérielle.

Très sûre d’emploi c’est le meilleur traitement de première urgence qui soit contre les brûlures et les ébouillantements.

D’autre part, elle est antimite : versez 4 gouttes de lavande sur un bloc de bois et placez-le dans les armoires à vêtements. Votre linge prendra une bonne odeur de lavande et vous n’aurez pas de mites.

Action sur le psychisme : rééquilibrante, calmante, réconfortante, anxiolytique et antidépressive, stimulante et vivifiante.

Huile essentielle de Lavande fine, Lavande vraie, Lavande officinale (Lavandula angustifolia)

L’équilibre acido-basique

L'équilibre acido-basique

L'équilibre acido basique

En raison de nos habitudes alimentaires et de notre mode de vie (stress, angoisse, mauvais sommeil, sédentarité…), l’équilibre acido basique est souvent mis à l’épreuve.

Le manque d’exercice physique, une alimentation trop riche en aliments acidifiants, poussent notre organisme à puiser plus que de raison dans nos réserves de minéraux pour équilibrer notre terrain.

L’acidification du terrain est la source de très nombreux troubles de santé. Les principales affections sont dues au ralentissement de l’activité des enzymes que l’acidification du terrain provoque, à la déminéralisation des tissus et aux lésions engendrées par les fortes concentrations d’acides : manque chronique d’énergie, fatigabilité, frilosité, difficulté à récupérer, tendance dépressive, gencives enflammées, caries dentaires, perte de cheveux, peau fissurée ou crevassée, etc.

L’apport d’acides par les aliments et la production d’acides par le fonctionnement organique sont inévitables. L’organisme traite les acides de façon normale et quotidienne. Mais nous ne sommes pas tous égaux dans la gestion des acides et tout dépend de notre terrain.

Les personnes dont l’organisme gère bien les acides ont un système tampon qui fonctionne bien, bien souvent elles ont une grande réserve minérale et brulent aisément tout excédent d’acides. Ces personnes ne s’acidifient pas facilement.

La deuxième catégorie est composée de personnes qui présentent une faiblesse métabolique à l’égard des substances acides. Ces personnes les neutralisent mal et leurs réserves minérales s’épuisent rapidement. A cause de leur extrême sensibilité ces personnes s’acidifient facilement. Outre l’alimentation, le stress, une contrariété, une période de surmenage peuvent influer sur la gestion des acides.

Quelques règles à tenir pour soutenir l’équilibre acido-basique :

  • Prendre le temps de bien mastiquer les aliments.
  • Consommer quotidiennement des légumes verts et racines de saison et de préférence de qualité biologique (ou culture raisonnée) : crus ou décrudis, en soupe, en jus…
  • Introduire les aliments lacto – fermentés dans l’alimentation.
  • Consommer des acides gras saturés en petite quantité (beurre au lait cru), mono insaturés (olive, huile d’olive, avocats) et poly insaturés (maïs, huile de tournesol, poissons gras, huile de colza, de noix…) de qualité biologique.
  • Réduire fortement voire supprimer les aliments industriels qui raffinés, surchauffés, stérilisés, poussés aux hormones de synthèse et aux produits phyto-sanitaires sont source de déchets toxiniques et d’acidité.
  • Réduire les apports de sucres et de desserts.
  • S’hydrater avec une eau de source peu minéralisée ou filtrée puis dynamisée.
  • Prendre le temps de respirer « à plein poumons » et au grand air.
  • Pratiquer des activités telles que le Qi Gong, le Taï shi, le Yoga, la relaxation
  • Pratiquer une activité physique qui vous correspond au moins ½ heure par jour (marche, vélo…).
  • Vous ressourcer auprès de la Nature : forêt, bords de mer, montagne… ou tout simplement dans votre jardin.
  • Et cultivez les pensées positives dans votre quotidien.
Les légumes verts sont riches en chlorophylle

Consultations

Le cabinet de naturopathie est ouvert à partir du mardi 12 mai. Des mesures de prévention sont mises en place pour la sécurité de tous:)

Prise de rendez-vous par téléphone ou sur le site internet

Partager sur facebook